Catalogue des œuvres

Préludes (Premier livre)     125/(117)

Pour piano

I. Danseuses de Delphes
II. Voiles
III. Le Vent dans la plaine
IV. « Les sons et les parfums tournent dans l’air du soir » (Baudelaire)
V. Les Collines d’Anacrapri
VI. Des pas sur la neige
VII. Ce qu’a vu le vent d’Ouest
VIII. La Fille aux cheveux de lin
IX. La Sérénade interrompue
X. La Cathédrale engloutie
XI. La Danse de Puck
XII. Minstrels

Dates de composition :
décembre 1909 - février 1910

Éditions :
Durand, avril 1910 ; Henle, 1986 ; Durand, 1985, Édition critique des œuvres complètes, I/5

Premières audition :
I, II, X et XI, Paris, 25 mai 1910, Société musicale indépendante, par l’auteur ; VIII, Londres, 2 juin 1910, Bechstein Hall, par Franz Liebich ; VII et VIII, Stockbridge, Mass., 26 juillet 1910, par Walter Rummel ; V, VIII et IX, Paris, 14 janvier 1911, Société nationale de musique, par Ricardo Viñes ; III et IV, Paris, 16 janvier 1911, salle des Agriculteurs, par Franz Liebich ; XII, Paris, 10 février 1911, salle des Agriculteurs, par Ricardo Viñes ; III, VI et XII, Paris, salle Érard, Concert Durand, par l’auteur ; I à XII, Paris, 3 mai 1911, salle Pleyel, par Jane Mortier

Commentaire :
sur l’origine des titres, « Danseuses de Delphes » vient d’une sculpture grecque que Debussy admira au Louvre ; « Voiles » évoque probablement les voiles de la danseuse Loïe Fuller alors célèbre à Paris ; « Le Vent dans la plaine » est repris d’un vers de Ch.-S. Favart déjà cité en exergue de la première des Ariettes oubliées, n° 63/(60) ; « Les sons et les parfums tournent dans l’air du soir » est le troisième vers d’Harmonie du soir de Baudelaire, n° 70/(64) ; « Ce qu’a vu le vent d’Ouest » est sans doute tiré d’un conte d’Andersen, Le Jardin de Paradis ; « La Fille aux cheveux de lin » est un poème de Leconte de Lisle déjà mis en musique par Debussy, n° 15/(33) ; « La Cathédrale engloutie » évoque la légende bretonne de la ville d’Ys, engloutie dans la mer ; « La Danse de Puck » peut être celle du Songe d’une nuit d’été de Shakespeare (acte II, sc. 1).